Le Phenix Bleu

Le site Phenixbleu renaît de nouveau de ses cendres. Mais au fait, pourquoi se nomme t’il Phenixbleu ?

Le phénix, cet oiseau mythique dont la spécificité est de renaître de ses cendres après s’être consumé sous l’effet de son propre feu, nous enseigne que notre âme est aussi puissante qu’éternelle. 

Lorsqu’elle choisit de s’incarner, nous vivons un passage que l’on appelle la naissance, puis en fin d’expérience terrestre, un autre passage que l’on nomme la mort, qui n’est autre que la mort du corps et des aspects terrestres de nous-mêmes, tandis que notre âme continue son chemin et ses expériences.

Je me souviens du jour où, alors adolescente en questionnement, je m’interrogeais sur ce concept de la mort qui me paraissait assez mystérieux. S’est alors imposé à moi, telle une révélation soudaine, le fait que la mort n’existe pas et que la vie de l’âme est éternelle.

Forte de cette connaissance retrouvée, ma réaction quasi immédiate fut de rédiger mon premier testament olographe, léguant du haut de mes 14 ans, mes disques vinyles à mon frère et mes bijoux de pacotille à ma meilleure amie …

C’était une façon pour moi d’accepter que j’étais prête à mourir à chaque instant, sans pour autant intégrer la portée de cet enseignement qui allait profondément définir ma vie, et en réalisant encore moins à quel point je portais déjà en moi cette énergie du phénix !

Quelques années plus tard, j’ai concrètement eu la conscience de mourir à qui j’étais au travers d’une expérience de mort imminente le jour de mes 17 ans, jour où ma vie n’a tenu qu’à un fil, le temps de retrouver et d’échanger avec mes guides afin de naître à nouveau en acceptant plus grandement et en conscience mon incarnation.

Le phénix nous enseigne avant toute chose que ce cycle de la vie et de la mort fait partie intégrante de notre expérience de vie terrestre et s’inscrit dans notre quotidien.  Tous les jours, le soleil, cet astre de feu, nous le rappelle en se couchant dans une petite mort, puis vient le temps de l’aube porteuse de cet état de vacuité, qui n’est rien vraiment mais qui promet le tout… Enfin le soleil brille doucement avant de rayonner de tous ses feux en permettant la vie…

Il existe en effet un état de vacuité entre le moment où l’on accepte de mourir à soi-même avant de renaître un peu plus à son être véritable. C’est ce moment de vacuité où rien n’est défini mais où tout est possible que certains d’entre nous n’acceptent pas de traverser. Il implique une perte de repères, le renoncement à ce qui est connu avant de laisser émerger le nouveau. C’est cet état de vacuité qui est le plus difficile à vivre pour les aspects de nous que sont la personnalité, le mental et l’ego. Et cependant, il n’y a pas de renaissance possible sans traverser cette vacuité.

Je pense à tous ces moments de ma vie terrestre où j’ai accepté avec plus ou moins de fluidité de mourir aux idées que je me faisais de moi-même, à mes croyances, aux émotions que j’épousais, aux fonctionnements qui me caractérisaient, afin de mieux renaître à mon être véritable. Il était parfois si douloureux de laisser aller ces parties de moi auxquelles j’étais attachée. Ma personnalité, mon ego et mon mental craignaient grandement de ne plus pouvoir exister, s’étant identifiés et attachés à ces fonctionnements, ces émotions, ces croyances…

Si j’ai besoin de ma colère, de ma tristesse et de mon mal-être pour exister, qui suis-je alors sans cette colère, cette tristesse et ce mal-être ?
Si ma place dans ma famille est celle d’une personne ‘victime’ de sa maladie, qui suis-je sans cette maladie ?
Si je suis dans le sauveur et que j’aide les autres avant de m’aider moi- même, qui suis-je sans ce rapport de dépendance à l’autre ?
Si je n’ai pas d’enfant, quelle femme/homme suis-je ?
Si je n’ai pas besoin de travailler pour vivre, suis-je vraiment utile à la société, ai-je le droit d’exister ? Qui suis-je sans cette culpabilité ?

Ne faut-il pas que j’accepte un jour de traverser cette petite mort afin de laisser aller la souffrance, la maladie, la colère, la tristesse et toutes les images que j’ai de moi-même?

En vérité, quelle joie de laisser aller ces anciennes peaux ! La joie et la plénitude ressentie par celui ou celle qui accueille pleinement de s’abandonner à cet état de vacuité est infiniment nourrissante.

Aussi j'ai conscience que dans la démarche que je propose, mon rôle consiste avant tout à accompagner les personnes qui viennent me voir sur un chemin qui les rapproche de leur être véritable, en les soutenant dans leur capacité à lâcher ces vieilles peaux, ces constructions de leur mental et de leur ego qui les en éloignent.

Pour cela, je suis moi-même accompagnée par de nombreuses énergies de guérison. Celle qui exprime le mieux ce que je porte, à la fois douce et tranchante, est vous l’aurez compris, l’énergie bleue !

Helvise

 

Aube.
La nuit est une obscurité sûre, veloutée.
L'aube n'est ni nuit, ni jour.
Ne regrette pas la nuit !
Car la lumière est plus merveilleuse que tout.
Toute transition est épreuve.
Ne crains pas d'abandonner l'obscurité,
car la racine, éternellement dans l'obscurité, reste unie à la fleur et au fruit.

Dialogue avec l’Ange [185 - E30L]

retour helvise gallet soin energetique paris tours

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles et les annonces de mes activités.

Pour me joindre

 

Conférences

Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31


Engagement   I  Sites amis  I  Mentions légales

phenixbleu.com, site d'Helvise Gallet - PARIS - n° SIRET: 803731173 00024